BOIS & DÉBITS

LES MACHINES :

LES BOIS :

L’ACAJOU :

Il existe de nombreux acajous : le plus utilisé en lutherie et le Brésilien, suivi du Honduras. Son nom scientifique est « swietenia macrophylla » et sa densité se situe entre 480 et 580 kg/m3. L’acajou de Cuba, « swietenia mahogainci » a été utilisé pendant des siècles mais n’est plus disponible. D’autres acajou tel le Sapele, « entandrophragma cylindricum » acajou Africain ou Zamanguila « khaja ivorensis », de densité entre 530 à 590 kg/m3, sont souvent utilisés lors de la construction de guitares. Ce bois de densité moyenne, de couleur brun rosâtre à brun rouge cuivré, présence possible de roulure et de grain d’orge lié à un dysfonctionnement de croissance des arbres , il peut être souvent : pommelé, flammé. Il donne un son clair  et propre dans les basses. On l’utilise pour la facture de guitares folk  ainsi que pour les manches , les contre éclisses. Il est plus délicat à cintrer compte tenu de sa faible teneur en huile.

LE PALISSANDRE :

Pour les bois exotiques ainsi que les tables je vais me fournir auprès des spécialistes de bois de lutherie européen. Je prends plaisir à leur rendre visite, les rencontrer , échanger, respirer l’ odeur des différentes essences, les veinages, les couleurs : cet instant reste un moment magique.

Je prends le temps de  sélectionner les planches qui vont me permettre de créer les instruments

Concernant l’utilisation des essences locales tels que le Noyer, L’érable sycomore, Merisier ou Poirier cela est un peu plus intime puisque je vais travailler avec des connaissances locales.

Le Bois est stocké entretoisé en hauteur dans la pièce ou il est travaillé.

Le taux d’hygrométrie de la pièce est contrôlé, le temps de séchage va varier suivant les essences, et les épaisseurs des bruts.

Pour amener les bruts aux cotes souhaitées, j’utilise des machines traditionnelles du type scie à ruban, scie à onglets, et une raboteuse dégauchisseuse.